Formation en « audit organisationnel » et en « audit participatif genre » au profit d'une trentaine des hauts cadres régionaux et nationaux du MFFES

Dans le cadre du projet " Renforcer les capacités du Ministère de la Femme, de la Famille , de l'Enfance et des Senors , et les partenaires étatiques et non étatiques  pour contribuer à la réalisation de l'Egalité entre les Femmes et les Hommes", le Consortium GFA-CILG a organisé du 26 au 30 Novembre 2018 , une session de formation en « audit organisationnel » et en « audit participatif genre », moyennant la technique du théâtre-forum, au profit d'une trentaine des hauts cadres régionaux et nationaux du Ministère de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Seniors.

 

Cette formation a pour objectif de conduire les participants à réfléchir sur les aspects de la culture organisationnelle au sein du Ministère qui produisent des mécanismes contreproductifs, affectent négativement les relations entre les collègues, les rôles et les fonctions du personnel, créent des conflits, empêchent l’attente des objectifs de travail et mettent en péril la réussite des activités pour l’égalité de genre. Au même temps, cette activité permet de pousser les participant(e)s à réfléchir autour leurs propres comportements, attitudes et convictions en matière du genre et en relation à leur milieu de travail.

 

La technique du théâtre-forum est un instrument créatif permettant d’approfondir la compréhension des problèmes qui se posent au milieu de travail comme résultat de dynamiques de genre et de pouvoir en impliquant directement les participants dans un cadre protégé où personne est exposé. Le théâtre forum permet aussi de tester des changements dans les situations retenues comme difficiles ou oppressives et de parvenir à des solutions agrées collégialement et praticables.

Activités

Questions les plus demandées

La prise en compte des préoccupations de genre lors de la conception et de la mise en œuvre de programmes de population et de développement est donc importante pour deux raisons. Premièrement, il existe des différences entre les rôles des hommes et des femmes, des différences qui exigent différentes approches. Deuxièmement, il existe une inégalité systémique entre les hommes et les femmes. Dans l'ensemble, il existe des modèles clairs d'accès inférieur des femmes aux ressources et aux opportunités. En outre, les femmes sont systématiquement sous-représentées dans les processus décisionnels qui façonnent leurs sociétés et leurs propres vies. Ce schéma d'inégalité est une contrainte au progrès de toute société car elle limite les opportunités de la moitié de sa population. Lorsque les femmes sont contraintes d'atteindre leur plein potentiel, ce potentiel est perdu pour la société dans son ensemble.
Le terme «genre» désigne les attributs économiques et sociaux et culturels associés aux hommes et aux femmes. Dans la plupart des sociétés, être un homme ou une femme n'est pas simplement une question de caractéristiques biologiques et physiques différentes. Les hommes et les femmes sont confrontés à des attentes différentes quant à la façon dont ils doivent s'habiller, se comporter ou travailler. Les relations entre les hommes et les femmes, que ce soit dans la famille, dans le lieu de travail ou dans la sphère publique, reflètent également la compréhension des talents, des caractéristiques et des comportements adaptés aux femmes et aux hommes. Le sexe diffère donc du sexe en ce qu'il est de nature sociale et culturelle plutôt que biologique. Les attributs et les caractéristiques du genre, englobant, entre autres, les rôles que jouent les hommes et les femmes et les attentes qui leur sont accordées, varient considérablement d'une société à l'autre et changent avec le temps.
L'équité entre les sexes est le processus d'équité pour les femmes et les hommes. Pour assurer l'équité, des stratégies et des mesures doivent souvent être disponibles pour compenser les inconvénients historiques et sociaux des femmes qui empêchent les femmes et les hommes d'opérer autrement sur des conditions de concurrence équitables. L'équité mène à l'égalité. L'égalité des sexes exige l'égalité de la jouissance par les femmes et les hommes des biens, des opportunités, des ressources et des récompenses socialement valorisés. En ce qui concerne l'inégalité entre les sexes, ce sont généralement les femmes exclues ou désavantagées en matière de prise de décisions et d'accès aux ressources économiques et sociales. Par conséquent, un aspect essentiel de la promotion de l'égalité entre les sexes est l'autonomisation des femmes, en mettant l'accent sur l'identification et la réparation des déséquilibres de pouvoir et en donnant aux femmes plus d'autonomie pour gérer leurs propres vies. L'égalité des sexes ne signifie pas que les hommes et les femmes deviennent les mêmes; Seulement que l'accès aux opportunités et aux changements de vie ne dépend ni de leur sexe ni de leur contrainte. La réalisation de l'égalité entre les sexes exige l'autonomisation des femmes pour que les prises de décision au niveau privé et public et l'accès aux ressources ne soient plus pesés en faveur des hommes, afin que les femmes et les hommes puissent participer pleinement à des partenaires égaux dans la vie productive et reproductive.