Projet CLEF: Formation en éco-emballage au profit d'une trentaine de femmes à Ain Soltane - Jendouba

Dans le cadre de l'appui et du suivi des activités  du programme Moussawat, l'équipe du programme, a effectué une visite terrain à Ain Soltan du gouvernorat de Jendouba pour assister à la formation en éco-emballage pour le profit d'une trentaine de femmes bénéficiaires du projet CLEF. Cette formation, organisée par l'association Overseas chef de fil du projet, et son partenaire locale l'association Amel Tounes, se déroule du 8 au 10 octobre 2018 et vise à améliorer les connaissances des bénéficiaires en matière des notions de packaging écologique.  

La formation porte sur trois modules :

Module 1 : L’emballage :Définition et composantes  de l’emballage

Module 2 : L’Eco emballage : Concept de l’éco-emballage, Cycle de vie d’un emballage, L’écologisation de l’emballage

Module 3 : Création et design Emballage et étiquetage, Création de charte graphique, La matière de l’emballage ,Rôle des couleurs ,Conception d’emballage suivant un contexte local

A cette occasion, le représentant national du programme Moussawat M. Fayçal Sahraoui et Mme. Héla Ourir responsable de l'axe « Autonomisation économique et publique de la femme » ainsi que la chargée des affaires de la femme rurale au MFFES, le commissaire régional des affaires de la femme, de la famille, de l'enfance et des seniors, le chef service femme et famille de Jendouba les représentants de Overseas le directeur du GDA (Groupement de Développement Agricole) de Aïn Soltane pour discuter des défis et difficultés rencontrés lors de la mise en ouvre du projet ainsi que des éventuelles solutions. C'était également une occasion pour débattre des opportunités de développement du projet et/ou de nouvelles collaborations entre les structures du Ministère et Overseas dans la région.

Questions les plus demandées

Toute mesure « genderblind » au mieux maintien les inégalités existantes et au pire les renforce. Cependant, il convient de comprendre plus spécifiquement la nécessité d’une telle stratégie afin d’asseoir son bienfondé et d’identifier les principaux objectifs.
Dans toutes les régions du monde, à l’exception de l’Amérique Latine et des Caraïbes, les filles sont inscrites dans des proportions plus faibles que les garçons dans des enseignements techniques et professionnels (Banque Mondiale, 2014). La région Amérique latine et Caraïbes fait exception avec en moyenne 54% de filles dans ces formations et plus de 60% pour certains pays de la région tels que la Bolivie, la Jamaïque et le Pérou (ONU, 2010, p6-7). En Asie du sud et de l’est, les filles sont considérablement sous-représentées dans les programmes de formation professionnelle (28% des inscriptions totales). En Afrique subsaharienne, la majorité des pays affichent une participation plus forte des garçons.
Profiter de la formation pour délivrer des compétences de vie qui améliorent la vie des participant-e-s (accès aux financements, santé reproductive, mariages précoces, etc.)